Le prix du charbon a grimpé en flèche en 2021 – qu'est-ce que cela signifie pour le zéro net ?

Émission de carboneCharbonÉconomieL’énergie

Partager c'est aimer

16 septembre 2021

Le prix du charbon a grimpé en flèche en 2021 et avec l'augmentation des énergies renouvelables et du stockage dans les batteries, il est peu probable qu'il baisse à nouveau de si tôt. Il s'agit d'une discussion sur ce que cette augmentation soudaine du prix du charbon peut signifier pour l'avenir du net-zéro.

 

By Michel Tamvakis

Professeur d'économie et de finance des matières premières, City, Université de Londres


 

Cela ne fait que quelques jours que le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a signalé les conséquences désastreuses du changement climatique induit par l'homme. Au cœur de cet avertissement sévère du secrétaire général de l'ONU António Guterres et des scientifiques à l'origine du rapport se trouvait le besoin urgent de réduire fortement le charbon dans le mix énergétique.

 

Pourtant, à l'approche de la publication, et absente des gros titres de l'actualité, était la montée constante des prix du charbon, dépassant les 100 $ US (72 £) la tonne métrique en juin, puis les 130 $ US à la mi-juillet à plus de 170 $ US aujourd'hui. . C'est presque quatre fois le prix en septembre dernier.

 

La hausse des prix peut être directement attribuée à une résurgence de la demande après le plus profond de la pandémie – en particulier sur les marchés asiatiques émergents tels que la Chine et l'Inde, mais aussi au Japon, en Corée du Sud, en Europe et aux États-Unis. La demande d'électricité, qui reste étroitement liée au charbon, devrait avoir augmenté de 5 % en 2021 et de 4 % supplémentaires en 2022.

 

Du côté de l'offre, il existe également des problèmes tels que l'impossibilité pour la Chine d'acheter du charbon d'Australie en raison d'une interdiction d'importer et des perturbations plus faibles de la production à l'exportation des principaux producteurs d'Indonésie, d'Afrique du Sud et de Russie. Mais il n'y a pas de problèmes d'approvisionnement à long terme, car les principaux pays producteurs n'ont pas réduit leur capacité de production ou d'exportation. Les prix ne devraient donc pas rester élevés très longtemps.

 

Le prix du charbon ($ US/tonne métrique)

Le prix du charbon ($ US /tonne métrique)

La source: Économie de trading

 

La reprise de la demande mondiale d'énergie signifie, espérons-le, que l'économie mondiale se remet de la pandémie, mais la flambée des prix du charbon rappelle à quel point l'énergie dépend toujours des combustibles fossiles. La consommation mondiale d'énergie s'élevait à 556 exajoules en 2020, et le pétrole, le charbon et le gaz naturel représentaient respectivement 31%, 27% et 25% du total. Cela représente plus des quatre cinquièmes du total.

 

Charbon tenace

 

Le charbon a deux usages principaux, la production d'électricité et la fabrication d'acier, le premier étant responsable d'environ les deux tiers de ce qui est consommé. Plus vite nous pourrons retirer le charbon de la production d'électricité, plus grandes seront les chances d'atteindre les objectifs de l'Accord de Paris.

 

Pourtant, le charbon semble être résilient, voire têtu lorsqu'il s'agit de son élimination. Depuis 2010, la part en pourcentage du gaz naturel dans la production mondiale totale d'électricité est restée la même à 23 %, même si la consommation mondiale d'électricité a augmenté d'environ un quart. La part en pourcentage des énergies renouvelables, hors hydroélectricité, a triplé et sa production réelle en térawattheures (TWh) a quadruplé. Pendant ce temps, le charbon a perdu des parts, passant de 35 % à 40 %, mais il reste loin devant le gaz naturel, son concurrent le plus proche, et la quantité de charbon que nous brûlons pour l'électricité a globalement augmenté.

 

Mix électrique mondial 2020 vs 2010

Mix électrique mondial 2020 vs 2010

 

La réalité, c'est que le charbon a du bon sens sur le plan commercial. Les centrales électriques au charbon ont longtemps été suffisamment grandes pour rendre les coûts de construction économiquement viables, les plus grandes centrales ayant une capacité de 5 GW. Le carburant est relativement bon marché la plupart du temps, et les plus gros consommateurs, la Chine, les États-Unis et l'Inde, bénéficient tous d'un approvisionnement politiquement sûr.

 

La production d'électricité au charbon est stable et prévisible, ce qui la rend appropriée pour assurer le niveau minimum d'électricité dont un pays a besoin en permanence - connu sous le nom de charge de base. Cela garantit que la proportion du combustible convertie en électricité, connue sous le nom d'utilisation de la capacité, est généralement supérieure à 70 %. Cela a été affecté par la volonté continue de remplacer le charbon par des énergies renouvelables et du gaz naturel, le portant à 53% en 2019, mais étant donné les niveaux actuels de la demande, nous devrions nous attendre à ce qu'il soit plus élevé pour 2021.

 

Tout cela se traduit par des flux de revenus réguliers provenant de la vente d'électricité à partir de charbon au réseau dans de nombreux pays, ce qui rend cette source d'énergie attrayante pour les investisseurs. En ce qui concerne le triptyque sécurité d'approvisionnement, abordabilité et durabilité, le charbon sert facilement les deux premiers, même s'il laisse une grosse tache sale sur le troisième.

 

Les plus gros utilisateurs

 

La croissance économique spectaculaire de la Chine au cours des 20 dernières années et l'expansion considérable de l'électrification de l'économie indienne reposaient en grande partie sur le charbon. Grâce à eux, le monde a doublé sa capacité de production de charbon depuis 2000 pour atteindre plus de 2,000 XNUMX GW.

 

En 2020, le charbon produisait 63 % de l'électricité en Chine et 72 % en Inde. La même année, la Chine produisait la moitié du charbon mondial, soit près de 4 milliards de tonnes, tandis que l'Inde arrivait loin derrière avec environ 750 millions de tonnes. A eux deux, les deux pays représentaient les deux tiers de la consommation mondiale et étaient également les deux plus gros importateurs. Les chiffres sont vraiment époustouflants.

 

Production d'électricité en Chine

Production d'électricité en Chine

 

Production d'électricité en Inde

Production d'électricité en Inde

 

Ailleurs, le charbon est en retrait. Aux États-Unis, deuxième producteur d'électricité après la Chine, le charbon a reculé au profit du gaz naturel. Il a tiré 20% de l'électricité américaine en 2020 contre 43% en 2010, tandis que le gaz naturel est passé sur la même période de 24% à 40%.

 

En Allemagne, la production de charbon a été égalée par l'éolien, tandis qu'au Royaume-Uni, le charbon n'est utilisé qu'en secours. De même, le Japon et la Corée du Sud développent leur gaz naturel, leur nucléaire et leurs énergies renouvelables dans le but de réduire l'impact carbone de leur production d'électricité. Même la Chine s'est jointe aux efforts en ajoutant de nouvelles capacités solaires et éoliennes.

 

Les plus grandes réserves de charbon

Une liste restreinte de pays sur quatre continents contrôlent ~1 milliard de tonnes de charbon

 

Les plus grandes réserves de charbon

La source: Capitaliste visuel

 

On estime que les plus grandes réserves mondiales de charbon se trouvent aux États-Unis, la deuxième en Russie. Les États-Unis sont en passe de devenir une économie énergétique nette zéro d'ici 2035, avec un réseau net zéro d'ici 2050.

 

Néanmoins, il reste clairement difficile d'un point de vue commercial d'éliminer le charbon dans le monde : l'Occident a essentiellement exporté le problème vers la Chine parce qu'une grande partie de la fabrication lourde mondiale s'y est déplacée. Les centrales au charbon sont des investissements à long terme, souvent de 40 à 50 ans. Une usine construite en 2000 n'est qu'à mi-chemin de sa vie, donc la fermer maintenant, aussi souhaitable soit-elle, ruinerait l'économie pour les investisseurs.

 

À moins que les prix du charbon restent élevés en permanence (peu probable), ou que le coût des émissions de carbone soit plus prohibitif en raison des taxes ou des systèmes d'échange de carbone (possible, mais peut-être pas partout), ou qu'il y ait une intervention directe du gouvernement pour démanteler les centrales, le charbon peut encore nous surprendre tout et persister plus longtemps que prévu. Pour le bien des générations futures et suivantes, espérons que ce ne sera pas le cas.

 

Cet article a été initialement publié par The conversation, Australia, le 14 août 2021, et a été republié conformément à la Licence publique internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0. Vous pouvez lire l'article original ici. Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur seul et non du WorldRef.


 

Explorez les services de WorldRef pour découvrir comment nous rendons votre expansion mondiale plus simple et plus économique!

Énergie thermique et cogénération | Mines et minéraux | Contrôle de la pollution atmosphérique | Systèmes de manutention | Traitement de l'eau et des eaux usées |

Équipement industriel d'occasion | Pièces de rechange, outils et consommables | Achats industriels